Émilie Andéol devient officiellement notre marraine

Nous sommes très heureux et fiers d’annoncer

l’arrivée officielle de la championne olympique de judo Émilie Andéol

au sein de Femix’Sports en tant que marraine.

La judokate a tenu à s’engager dans notre association pour promouvoir les femmes dans le sport : pratiquantes, coachs, managers, dirigeantes…

Elle sera présente aux différents évènements auxquels participe Femix’Sports.

 

 

 

 

Point presse EMILIE ANDEOL

Pourquoi être ambassadrice ?

Durant sa carrière de Judokate, Emilie ANDEOL a rencontré beaucoup de difficultés. Elle veut faire évoluer cela afin que l’évolution de carrière des sportives soit plus simple. Les valeurs et la pratique du sport lui ont permis de s’ouvrir aux autres et ainsi vaincre sa timidité.

Etant reconnaissante de ce qui lui a été donné durant son parcours, elle est à la tête d’une association humanitaire afin de pouvoir redonner à son tour.

 

Pourquoi avoir choisi FEMIX ?

Plusieurs éléments ne lui plaisaient pas dans le sport actuel, elle cherche donc à faire avancer les choses.

« Je pense que ça aurait été plus facile d’avoir des portes ouvertes si j’avais été un homme ».

Elle veut faire en sorte que l’égalité puisse arriver dans le monde sportif. Elle a donc fait des recherches sur les associations travaillant cet aspect du sport. Durant celles-ci, elle a découvert FEMIX’SPORTS.

Suite à cela, elle a pris rendez-vous avec Marie-Françoise Potereau, Présidente de l’association. Leurs valeurs et objectifs étant commun cela a mené au fait que EMILIE ANDEOL est devenue marraine de l’association.

Son avis sur la question des violences faites aux femmes ?

 

Pour elle, une vraie sensibilisation est à faire auprès de la population mais principalement auprès des jeunes. Ayant elle-même subit du harcèlement, elle avance qu’il y a encore beaucoup de travail a faire dans le milieu associatif sportif.

Il faut aussi rapidement mettre des procès dans le monde du sport pour sanctionner ces comportements comme dans le monde professionnel.

Le problème des violences faites aux femmes est un problème sociétal puisque le sport a été construit par les hommes pour les hommes.

Suite aux récentes prises de paroles de sportives elle a insisté sur le fait qu’il fallait mettre fin à l’Omerta et qu’il faut absolument qu’il y ai plus de mixité dans l’encadrement, insister dessus dans le mouvement sportif français.

 

Comment faire bouger la médiatisation/dépasser la barre des 20% ?

Les jeux de TOKYO pourraient aider en faisant en sorte que les jeux soient mixtes. Il faut montrer des femmes et des hommes qui font le même sport au même moment et au même endroit ensemble.

En évoquant ses entrainements, elle a appuyé le fait qu’elle devait s’imposer face aux garçons. En effet, n’étant pas habitués à s’entrainer avec une fille ces derniers pouvaient ne pas prendre cela au sérieux. Il faudrait que la mixité soit partout pour que cela devienne une évidence, il faut dépasser la mentalité et l’éducation de l’ancien temps.

 

Propos recueillis par Lucas FISCHER

Chargé évènementiel