Femix’Sports, partenaire des Gay Games 2018 de Paris – Un évènement sous le signe de la mixité

Les Gay Games ont 36 ans, la 10ème édition 2018 à Paris

Les Gay Games sont nés en 1982 à San Francisco. Ils ont lieu tous les 4 ans.

Cette année les Gay Games se tenaient à Paris du 4 août au 12 août avec plus de 10 000 participants de 136 nationalités différentes.

Les gay games ont été conçus comme un espace d’expérimentation de l’égalité, de la diversité, un espace pour défendre les différences, pour accueillir les gens de toutes les races de tous les milieux sociaux,  valides et non valides, avec une co-présidence en mixité : 1 homme et 1 femme.

Femix’Sports, partenaire de l’édition 2018.

Le 3 août à l’Hôtel de ville de Paris, la veille de l’inauguration de la 10ème édition des Gay Games, une table ronde a été organisée sur la thématique « Sport de demain : la mixité comme horizon ».

Marie-Françoise Potereau, Présidente de FEMIX’SPORTS et Vice-Présidente de la Fédération Française de Cyclisme est intervenue pour expliquer le rôle de l’association et préciser l’enjeu d’une mixité dans le sport.

A ses côtés, Nathalie Huet de la Fédération Française de Badminton, Philippe Liotard de l’Université Claude Bernard de Lyon et Kaisa Larjomaa de ENGSO.

Comme l’indiquait Marie-Françoise Potereau, le sport fédéral n’est pas encore suffisamment impacté par la mixité, car il est encore marqué par le poids de l’histoire.

En 1900, seulement 3,5 % de femmes participaient aux Jeux Olympiques et certaines disciplines n’étaient pas ouvertes aux femmes.

C’est pourquoi FEMIX’SPORTS intervient auprès des fédérations sportives.

Elle accompagne les femmes à prendre plus de postes à responsabilités : oser s’engager, oser prendre la parole…

La place des femmes dans le sport en constante évolution

Grâce à la volonté politique depuis 2012, et sous l’impulsion du Ministère des Sports, des plans de féminisation ont été appliqués auprès des fédérations.

Ils ont permis également (accompagnés de moyens financiers) de faire avancer la mixité.

Certaines fédérations sportives sont plus en avance que d’autres sur la mixité totale, notamment les nouvelles disciplines telles que le triathlon…

La gouvernance féminine dans le sport est un élément important pour faire changer le regard, changer le fonctionnement, faire tomber les barrières, les réticences.

Aussi, il faut préparer l’avenir avec des jeunes femmes, repenser le modèle associatif.

Pour en savoir plus : https://www.paris2018.com/fr/gay-games/